LA TAXONOMIE DE BLOOM

dimanche 2 juin 2013
par Philippe GOULOIS
popularité : 100%

Généralité

. La classification des objectifs en catégories est ce que l’on appelle la « Taxonomie des objectifs ».

L’intérêt d’une taxonomie est qu’elle permet d’identifier la nature des capacités sollicitées par un objectif de formation et son degré de complexité. Cette information, parmi d’autres, permet d’adapter la méthode de formation.

Bloom

La taxonomie de Bloom est un modèle pédagogique proposant une classification des niveaux d’acquisition des connaissances1. Benjamin Bloom, bien qu’il n’en soit pas le seul créateur (34 universitaires américains participent aux conférences de 1949 à 1953), est souvent reconnu comme le « père » de cet outil2,3.

La taxonomie organise l’information de façon hiérarchique, de la simple restitution de faits jusqu’à la manipulation complexe des concepts, qui est souvent mise en œuvre par les facultés cognitives dites supérieures4. L’usage de taxonomies se retrouve entre autres dans la pédagogie par objectifs, ou dans les propositions du mouvement de l’éducation nouvelle.

De ses travaux Benjamin Bloom , psychologue en éducation, a fait émerger une classification des niveaux de pensée importants dans le processus d’apprentissage. Vis à vis du domaine cognitif, Bloom identifie 6 types d’activités, du plus simple au plus complexe, comprenant chacune un ou plusieurs sous-domaines : Bloom fait l’hypothèse que les habiletés peuvent être mesurées sur un continuum allant de simple à complexe.

JPEG - 257.3 ko

La taxonomie des objectifs éducationnels de Bloom est composée des six niveaux suivants :
- la connaissance,
- la compréhension,
- l’application,
- l’analyse,
- la synthèse et l’évaluation.

Les 6 niveaux de la pyramide de Bloom permettent à l’enseignant de mieux organiser la progression de son cours, mais l’aident aussi à formuler des objectifs d’apprentissage précis.


Portfolio

PNG - 53.6 ko